Dans la nuit du 12 au neuf

On entre au couvent pour la nuit
La garrigue a cisaillé les vitres

On est au balcon du vieux couvent
Débraillé comme un hôtel de passe-passe

On est au bord de la ville
L’air est cabossé comme l’eau courante

Un dépôt d’os magnétise l’arrière salle
Ici loge un gang de crânes

Ça sent la terre
Les ronces et la nuit descendent l’escalier

Puis tout l’air noircit et la ville se perd
Nous jetons nos bouffées sur les pauvres morts

Ça sent la terre et la pluie
La nuit parcourt l’hôtel

Dans l’arrière salle, Maguelonne nage nue
Et je vois la tendresse de notre espèce de bateau

On est au bord d’un lac gelé
Respirable et profond comme l’air

Assise au centre, Maguelonne, superbe
Décalotte avec les dents ses truffes au cacao

On est au bord du dallage froid
En bas la ville se déplie

On loge au vieux couvent désaffecté
Ça ferme avec un cordon de molécules d’alcool

Balcons fendus, fenêtres mortes
On est au bord de soi

On est au bord de la ville
Nos frissons se jettent aux oiseaux

Les ombres du plein jour partent au jugé
D’ici vers la ville

Oh, Maguelonne a la peau si tendue
Dans cet air explosible.