Déluge

Il pleut depuis trois mois
Tout est glissant, mouillé, glauque

Le ciel est bas, le ciel est lourd
Même l’indigène renâcle

Où s’ébrouer dans la brouillasse ?
C’est ça : où s’ébrouer ?

Les bois d’ouvrage sont imbibés
La terre lourde hyper grasse

Les foins pourrissent, les égouts
Djasent, les nations gambergent

On s’éclabousse, on glisse
On se tasse, on s’enfonce peu à peu

On pronostique, on sacrifie
Pourquoi a-t-on toléré la chimie ?

Dans les aliments pour chiens
Et jusque dans le tabac

Quand on y pense, un vrai vertige
Un petit siècle de blouses blanches

Et tout est glissant, mouillé, glauque
Déjà trois mois de bourbe et d’embarras.

 

(30 juillet 2007, Kergloff-Vihan)