Trains de nuit

Prends le train sans escale
Pour huit heures du matin
Quand tu te couches
Règle la gare d’arrivée

Tu sais d’où tu pars
Tu sais quand descendre
Quelles régions tu traverseras
Le train n’en a même pas idée

Tu as vu les dépliants
Les annonces aguichantes
Les destinations, les publicités
Tu fumes à côté du guichet

Prends ton temps
Dehors, il pleut
On annonce l’approche du train
Les nerfs le savent

Vaste pluie bousculée
On pense à ces gens
Qui doivent y courir
Avec la pensée de s’abriter

On a baissé la lumière
-La gare ne fermera pas-
Mais le blindage du guichet
A mangé la voix du préposé

L’horloge électrique
Prends sa permanence
On est aussi seul que possible
Alors

Et si d’en convenir
Ne te dérange pas l’humeur, bravo
Les trains t’ont donné à aimer
Les régions mystérieuses.

(28 octobre 2004, 0h37, Douarnenez)