Le marché aux ours

On transite ici
Des bêtes énormes
On les bloque
Dans des cercles de neige
Avec une drogue
À la salive et des cris

Le Cercleur vocifère
Piétine, jette ses doigts
Par-dessus la neige
Dans l’église dévastée
Les enclos naissent
Autour des bêtes éperdues

L’apprenti grelotte
À la porte et dépiaute
Avec les dents
Les cônes acérés
Suc et cheveux
De l’arbre Eschtiévé

On transite ici
Des mâles énormes
Les vendeurs n’arrivent pas
Même à leur genou
Et le pas d’un enfant
Défoncerait la neige

On emmène les ours
Avec des mots
Débarder très haut
Des trouées dans l’hiver
Un homme agile
Une bête hébétée.

(17 décembre 2004, Douarnenez)